L’impact écologique du sapin de Noël

Nov 24, 2019Décorer7 commentaires

La question de l’impact écologique du sapin de Noël occupe forcément l’esprit des personnes sensibles à l’écologie. Entre l’image d’un arbre arraché à une forêt et l’alternative plastique, il semble bien compliqué de choisir son sapin de Noël.

Pendant longtemps, le choix d’un faux sapin en plastique a réussi à s’imposer comme une alternative plus durable. Il peut être conservé d’année en année et éviter ainsi de déraciner des conifères pour quelques semaines d’utilisation. 

Le sapin naturel subit en effet de nombreux préjugés. Le sapin naturel demeure synonyme de déforestation. C’est même souvent le premier argument pour dénoncer l’aspect non écologique de Noël. Et l’idée qu’il puisse y avoir des cultures dédiées aux sapins pour Noël n’est pas vraiment plus engageante. Est-ce raisonnable d’occuper des terres agricoles pour un arbre qui deviendra une décoration éphémère ? Et de cultiver ces arbres en consommant de l’eau, de l’énergie et des pesticides ? 

Avantage écologique au sapin naturel

Crédit photo : Livre « Un Noël écolo« , p.41.

C’est pourquoi vous retrouverez dans le livre l’analyse du cycle de vie du sapin de Noël (p.40) ainsi que des explications sur la culture des sapins naturels en France (p.42).

La principale étude sur le sujet démontre ainsi qu’un sapin artificiel aura un impact bien plus important, en raison de son mode de fabrication et de transport. Le sapin naturel génère en moyenne 3,1 kg de CO2 contre 8,1 kg pour un sapin artificiel*. Il faudrait alors conserver ce dernier au minimum 20 ans pour « rentabiliser » son bilan carbone. Mais au-delà, un sapin en plastique est aussi à éviter dans nos intérieurs. Leur composition n’est pas sans danger sur la santé : le PVC (plastique), le plomb…mais aussi des risques importants d’inflammabilité.

En France, 6 millions de sapin sont vendus chaque année, dont 1 million de sapins artificiels. Mais aux Etats-Unis, le chiffre s’inverse : en 2018, ce sont 32 millions de sapins naturels vendus contre plus de 23 millions de sapins artificiels. L’immense majorité des sapins artificiels, en Europe et aux Etats-Unis, sont produits et transportés depuis la Chine.

*point chiffre : l’étude canadienne est une analyse du cycle de vie, c’est une méthode d’analyse particulière. Ils ont pris pour base un sapin artificiel d’une durée de 6 ans (la moyenne), pour la remettre ensuite sur 1an afin de la comparer à un sapin naturel coupé. Le bilan carbone prend la totalité de la vie de ces sapins : production, transport, énergie, recyclage, captation du Co2… Les 8kg de CO2 pour un sapin artificiel ne signifient pas qu’il émet 8kg de CO2 pour un an (et qu’il serait donc plus intéressant au bout de 3 ans, comparé à un sapin naturel qui émet 3kg par an). En réalité, un sapin artificiel émet 48,3kg (sur la tranche des 6ans).

Analyse Elipsos

La culture agricole du sapin

Le sapin naturel n’est évidemment pas une solution neutre au niveau écologique. Néanmoins, c’est une culture bien développée en France, avantage non négligeable en terme d’émission Co2.

En effet, les sapins ne proviennent pas de forêts naturelles. Ils sont cultivés sur des terres agricoles, bien souvent dans des régions semi-montagnardes, non destinées à l’alimentation. Et comme dans toute culture agricole, on trouve des méthodes plus ou moins respectueuses de l’environnement. Pour vous aider, n’hésitez pas à repérer certains labels, répertoriés sur le site de l’Association du sapin de Noël naturel.

Points positifs

Pendant ses 10 années de culture, le sapin naturel participe à capter le CO2 et rejeter de l’oxygène.

Il y a des points positifs non négligeables aux sapins naturels, même en prenant en compte les méthodes de production. C’est une culture qui nécessite peu d’eau, qui est majoritairement réalisée en « petites parcelles » et permet de favoriser l’emploi dans certaines régions (encore plus aux Etats-Unis, où les « farmers » côtoient des productions gigantesques où les sapins sont livrés en hélicoptères…). Enfin, la culture du sapin est « rapide » puisqu’ils sont coupés au bout de 10ans, ce qui permet de limiter l’acidification des sols. Et pendant ces 10 années, ils participent, comme tout végétal, à capter le CO2 et rejeter de l’oxygène.

Enfin, avantage important, le sapin naturel se recycle ! La filière de récupération des sapins après Noël est bien développé en France, permettant ainsi de les valoriser au maximum. Contrairement aux sapins artificiels, les sapins naturels peuvent être recyclés (broyat, énergie, compost…).

Points négatifs

L’origine des graines de sapin est encore à améliorer.

Un des gros points négatifs demeure le marché des graines de sapins. Elles proviennent en grande majorité de Géorgie et sont bien souvent ramassées dans des conditions déplorables pour les travailleurs. Les graines ne peuvent être récoltés sur des sapins jeunes. Elles proviennent donc à 90% d’une forêt géorgienne où les travailleurs sont largement exploités. Néanmoins, des filières éthiques se développent pour assurer le suivi des récoltes. Et la France a interdit la transformation des graines à l’aide d’une hormone régulant la hauteur de la tige principale. Les cultures sous label rouge et label bio (Sapin bio) tendent aussi à se développer pour garantir la traçabilité du sapin et limiter l’impact des méthodes de production.

Crédit photo : AFSNN

Bien choisir son sapin naturel

Pour bien choisir votre sapin, veillez donc à opter pour un sapin cultivé en France. Repérer les labels : Plante Bleue, Label Rouge, Fleurs de France…

Quand au débat sapin coupé ou sapin en pot, il dépend surtout de votre mode de vie. Un sapin en pot ne pourra survivre que s’il est exposé peu de temps au chauffage. Et il survivra dehors si le climat est tempéré. Vous souhaitez le planter dans votre jardin ? Attention, un sapin mature mesure plus de 30m avec des racines importantes ! Et la location de sapins en pot ? Même précautions d’exposition au chauffage. Mais la location rajoute un bilan carbone important au sapin en raison du transport.

Et si vous avez encore un sapin en plastique, attendez avant de le jeter. Renseignez-vous auprès des associations qui font des distributions pour les fêtes.

A lire sur le sujet :

l’étude sur l’analyse du cycle de vie du sapin de Noël

le site de l’association française du sapin de Noël naturel

un guide très complet sur les sapins de Noël

-sur la production et l’impact aux Etats-Unis : un article du NY Times ou de l’AgroMag.

Et pour ceux qui veulent diminuer encore plus leur impact, n’hésitez pas à jeter un œil aux sapins alternatifs !

Vous aimerez aussi…

7 Commentaires

  1. Clara

    Mais le sapin artificiel il dure plusieurs années… du coup l’amortissement des 8kg de CO2 c’est sur une année ? 5 ?

    Réponse
    • Julie Laussat

      Non comme expliqué, un sapin émet +48kg en réalité. Les 8kg, c’est ramené sur 1 an. Il faut donc +20 ans pour que le bilan carbone soit équivalent à un achat de sapin naturel.

      Réponse
  2. Eloïse

    Je vais regarder d’un autre œil mon sapin artificiel acheté il y a deux ans…
    :-/
    Merci en tout cas pour cet article très clair et qui m’a appris plein de choses !

    Réponse
  3. Diane

    Bonjour
    Et quid si le sapin artificiel est acheté d occasion ? Son impact n est il pas alors moindre ? Surtout si on l achete à proximité ?

    Réponse
    • Julie Laussat

      Oui en terme de bilan carbone, ça reste une option plus favorable. Au niveau sanitaire, c’est identique par contre, ça reste problématique en raison de la composition et parfois de la mauvaise qualité du plastique.

      Réponse
  4. AG

    La culture des sapins est une culture trés gourmande en desherbant. A Chaponost en banlieue Ouest de Lyon se trouve des agriculteurs qui brûlent chimiquement tous les champs pour ne pas gener leur culture . Une culture inutile et polluante donc non pas de sapins naturels pour moi. Je ne vous parle pas de l’odeur après traitement.

    Ca n’est pas bon pour le bilan glyphosate!

    Réponse
    • Julie Laussat

      Enormément de producteurs de sapins n’utilisent plus de désherbants chimiques pour leur culture. C’est comme toute culture agricole, il y a des pratiques plus ou moins respectueuses de l’environnement.

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. La Glad' Life - réaliser - DIY : mon sapin en bois flotté - […] n’avons jamais opté pour un sapin naturel, au delà de l’impact environnemental qu’il représente, ramasser des aiguilles sans arrêt…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RETOUVEZ VOS PHOTOS SUR INSTAGRAM

#UNNOELECOLO